mercredi 18 mars 2015 7.20

J'écrivais donc que j'allais dissoudre ce blog, peut-être pas.

Peut-être pas

Parce que la mort m'intéresse et que j'envisage d'une part de la parcourir à travers le livre de Marie de Hennezel, psychanalyste, spécialiste de l'accompagnement de la fin de la vie  ; " La mort intime " sous-titré ; " ( 1995 ); " Ceux qui vont mourir nous apprennent à vivre " perception que je ne partage pas du tout à ce jour, d'autre part à travers la perception qu'en ont les prosateurs et poètes.

Ce n'est qu'un exercice de style, qu'une curiosité d'Alceste Paumier, puisque par ailleurs ce blog n'est lu que par un nombre dérisoire - mais non moins honorable - d'internautes.

    Hennezel qui ouvre son livre en disant :

   " La mort est le moment culminant de notre vie, son couronnement, ce qui confère sens et valeur. " 

     

       Si encore elle avait ouvert son livre avec ce vers de Francis Jammes ;

     " Lorsqu'il faudra aller vers vous, Ô mon Dieu, faites

    que ce soit par un jour où la campagne en fête

    poudroiera . "

.